Prévention des risques professionnels face à des injonctions paradoxales en temps de pandémie. Ethnographie d’un service rural d’aide à domicile

Olivier Crasset et Annie Dussuet analysent la prévention des risques sanitaires dans les emplois d’aide à domicile en temps de pandémie dans un article publié dans la Revue des politiques sociales et familiales.

L’article est disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-des-politiques-sociales-et-familiales-2024-1-page-47.htm

Résumé : Cette enquête ethnographique, menée au sein d’une petite structure publique d’aide à domicile en milieu rural, se déroule durant la période des fêtes de fin d’année 2020 qui a suivi le second confinement en France. Ce contexte accentue les difficultés à instaurer la prévention des risques professionnels au domicile des bénéficiaires. Ce dernier étant à la fois un lieu de travail et un espace privé, les aides à domicile font face à des règles contradictoires relevant de ces deux univers. Elles ne sont pas en mesure d’y faire appliquer les gestes barrière alors qu’ils sont respectés par les bénéficiaires dans l’espace public. Ce contraste implique de la part des aides à domicile un travail émotionnel réalisé auprès des bénéficiaires afin d’appliquer des règles protégeant aussi bien leur propre santé que la leur. Face au risque de contamination croisée dans les domiciles, elles portent la double responsabilité de protéger les personnes réticentes ou incapables de respecter les gestes barrière et de composer avec des règles formelles inadaptées. Il en résulte une augmentation des risques psychosociaux

Le défi des « cadres du travail » dans les services de répit

A l’occasion d’un numéro spécial consacré aux nouveaux métiers de l’aide et l’accompagnement des vieilles personnes, Annie Dussuet, Louise Gasté, Thibault Rabain et Johanna Rousseau ont publié dans Gérontologie et Société un article sur les cadres du travail dans les services d’aide aux aidants.

Un texte à retrouver en ligne : https://www.cairn.info/revue-gerontologie-et-societe-2023-3-page-23.htm

Résumé : Aujourd’hui en France, à la suite de l’affirmation par la loi d’Adaptation de la Société au Vieillissement (ASV) d’un « droit au répit », on assiste au développement de multiples services d’« aide aux aidants » et d’« accompagnement relationnel ». En utilisant les résultats d’une enquête menée au sein de plusieurs départements français dans le cadre du programme Entre profession et famille, les « cadres du travail » d’aide aux personnes âgées (Profam) soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR), l’article s’intéresse aux personnes investies dans cette offre de services, périphériques à l’aide à domicile instituée, ainsi qu’aux cadres juridiques et sociaux de leur travail. Il montre d’abord l’extrême variété de ces cadres, les bricolages normatifs imposés par les spécificités du care habituellement effectué dans la sphère privée, et dont la transposition vers l’emploi soulève des enjeux majeurs de temporalité. Il décrit ensuite les conditions de ce travail, paradoxalement, à la fois attrayantes et précaires. Les tâches réalisées, à la composante relationnelle marquée, attirent en effet des travailleuses, en quête d’une réorientation et de sens au travail. Il pointe enfin le risque de déni du travail, induit par sa faible matérialité et la naturalisation des compétences afférentes, notamment dans les cadres les plus proches de la sphère privée.

Bienvenu(e)

Ce carnet est dédié au travail du programme PROFAM Entre profession et famille, les « cadres du travail » d’aide aux personnes âgées soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche.

PROFAM analyse les transformations du travail d’aide aux personnes âgées en perte d’autonomie dans un contexte où deux facteurs décisifs jouent des rôles contradictoires : le vieillissement de la population européenne qui entraîne des besoins croissants d’accompagnement des personnes qui souhaitent rester vivre à domicile le plus longtemps possible et la restriction des budgets affectés aux politiques sociales et l’ouverture à de nouveaux acteurs de l’offre de services.

L’originalité de PROFAM consiste à analyser conjointement l’ensemble de l’aide apportée sous toutes ses formes (aide rémunérée ou gratuite, familiale ou professionnelle, … ). Il s’agit de comprendre comment les transformations évoquées affectent la qualité des emplois de celles et ceux qui aident, comment elles s’intègrent dans les logiques familiales des personnes aidées.

Vous découvrirez sur ce carnet les différentes activités du programme : billets de blog, interventions médiatiques, séminaires, publications dans des revues académiques.

Belle visite

Aide à domicile, un métier en souffrance – Sortir de l’impasse

Par le livre Aide à domicile, un métier en souffrance, François-Xavier Devetter, Annie Dussuet et Emmanuelle Puissant redessinent aux éditions de l’Atelier les possibles du métier d’aide à domicile, une profession tout aussi essentielle qu’en souffrance.

Essentiel dans notre société vieillissante, l’aide à domicile est un secteur en souffrance. Bas salaires, pénibilités physiques et psycho-sociales, faible reconnaissance… Si le secteur a profondément changé depuis vingt ans, les conditions de travail et d’emploi ont peu évolué. Tandis que les employeurs peinent à recruter pour un métier qui exige formation et expérience, est-il raisonnable de le considérer encore comme un débouché privilégié pour des personnes non qualifiées ? Pourquoi ce métier est-il tellement malmené ?

L’objectif de cet ouvrage est de comprendre les blocages qui empêchent ce secteur, qui emploie plus de 600 000 salarié.es, essentiellement des femmes, de sortir de cette situation préoccupante, en montrant qu’il existe, de la part des employeurs et de pouvoirs publics, des incohérences, et notamment une stratégie latente qui consiste à maintenir dans la non-qualification ces emplois principalement occupés par des femmes. Cette analyse très approfondie d’un secteur crucial dessine les pistes qui permettraient de changer radicalement la donne.

‹ • ›‹ • ›‹ • ›‹ • ›‹ • ›

François-Xavier Devetter est professeur de sciences économiques à l’Université de Lille et membre du Centre lillois d’études et de recherches en sociologie et économie. Il est membre du comité de rédaction de plusieurs revues académiques (notamment La Revue française de socio-économie). Il est coauteur, avec Florence Jany-Catrice et Thierry Ribault, de Les Services à la personne (La Découverte, 2015) et, avec Emmanuelle Puissant, Anne Le Roy et Sylvain Vatan, de Économie politique des associations (De Boeck, 2019).

Annie Dussuet est sociologue, enseignante-chercheuse à l’Université de Nantes et membre du Centre nantais de sociologie. Elle a dirigé le programme ANR PROFAM (2018-2022) sur les transformations du travail auprès des vieilles personnes et publié un grand nombre d’articles sur le travail domestique, les services d’aide à domicile, l’économie sociale et les politiques publiques de la vieillesse, et plusieurs ouvrages, parmi lesquels Travaux de femmes – Enquêtes sur les services à domicile (L’Harmattan, 2005), et Vers l’égalité femmes-hommes au travail (Presses universitaires de Rennes, 2021, avec Pauline Boivineau).

Emmanuelle Puissant est maîtresse de conférences en économie à l’Université Grenoble Alpes. Elle assure plusieurs enseignements sur l’économie sociale et solidaire. Ses recherches portent sur le travail et l’emploi dans les associations. Elle est coautrice, avec François-Xavier Devetter, Anne Le Roy et Sylvain Vatan, de Économie politique des associations (De Boeck, 2019).

Tracer les cadres du travail de care à travers l’attribution de l’allocation personnalisée d’autonomie

Annie Dussuet revient dans la revue Terrains et travaux sur le traçage des cadres du travail de care par travers l’APA.

En France, à travers l’attribution de l’allocation personnalisée d’autonomie (Apa), les agent·e·s des conseils départementaux prescrivent implicitement le travail d’aide et d’accompagnement (care) auprès des personnes âgées en perte de capacités vivant à domicile. Issu d’une enquête par entretiens menée entre 2017 et 2019 auprès des agent·e·s d’un département français, cet article cherche à comprendre comment les plans d’aide élaborés pour chaque bénéficiaire tracent de facto des limites entre les différentes modalités de ce travail, rémunéré ou non, financé par l’Apa ou non. Il tente aussi d’expliquer pourquoi, malgré le souci des agent·e·s quant à la qualité du service à apporter, les niveaux de l’allocation sont minorés, les conditions de travail et les compétences des pourvoyeurs de l’aide sont invisibilisées, perpétuant ainsi la dégradation des emplois du secteur de l’aide à domicile.

L’article est disponible en ligne

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search