Mise en avant

Clémence Ledoux dans Le Monde

Pour la sortie du livre qu’elle a co-dirigé avec Karen Shire et France Van Hooren, The Dynamics of Welfare Markets : Private Pensions and Domestic/Care Services in Europe, Clémence Ledoux, politiste et membre du programme PROFAM, est intervenue dans le journal Le Monde du 4 juin dernier.

« « De nouveaux marchés de services aux personnes en perte d’autonomie se développent en Europe » ». Le Monde.fr, 4 juin 2021.

The Dynamics of Welfare Markets : Private Pensions and Domestic/Care Services in Europe est disponible ici -> https://www.palgrave.com/gp/book/9783030566227?ID_FICHE=2021282&INLINE=FALSE

Le travail de soin en France, entre emploi direct et intermédiation par Clémence Ledoux

Clémence Ledoux a récemment publié un texte dans la revue Prospettive Sociali e Sanitarie analysant les formes d’emplois en France dans les services à domicile.

Le texte est disponible en ligne (et en italien)

Pour citer cet article :

Ledoux C. (2021) “Il lavoro di cura in Francia, tra assunzione diretta e intermediazione”, in Prospettive Sociali e Sanitarie, anno LI – n. 3, estate 2021.

Olivier Crasset au XXIe congrès international des sociologues de langue française (AISLF)

Olivier Crasset est intervenu lors du XXIe congrès international des sociologues de langue française (AISLF) qui se tenait virtuellement à Tunis du 12 au 16 Juillet 2021. Il est intervenu pour évoquer la saisonnalité du travail d’aide à domicile dans une station balnéaire bretonne au sein du Comité de Recherche Les temps sociaux.

Le programme complet du colloque est disponible en ligne

Time in Care : The Temporality of Care Policy and Practices par Annie Dussuet

Le réseau Transforming Care a organisé du 24 au 26 juin 2021 un colloque international auquel la sociologue Annie Dussuet (CENS) a participé en organisant une session thématique autour des temporalités du Care dans l’emploi et le travail informel.

Résumé de la session thématique : Many studies have shown the specificities and diversity of the temporality of care activities, whatever the type of care may be concerned. The time needed for care is sometimes that of urgency and immediacy. But it is sometimes also a stretched time, without precise limits, supposing “to take one’s time”, it can then be confused with a simple presence. It is also a time of “permanent availability”, forcing the care-giver to react just in time, at the precise moment when the care-receiver needs help. Conversely, employment time has been formatted by industrialisation processes, enclosed within precise limits, appearing to be predictable and measurable. In addition, employment time’s measure is equated with remuneration. These characteristics are opposed to the temporalities of care work. When care emerges from informality and is carried out by paid workers, as employees or self- employed, the time of care work risks to become invisible and care workers to be less paid.

This thematic panel will examine the effects of the confrontation between these different temporalities. Do care temporalities determine employment conditions? How do the temporalities of employment modify care work? What compromises are made? By which actors and through which debates?

The panel will bring together papers presenting different disciplinary approaches exploring some of these questions in different national, economic, social, institutional and legal contexts and engaging different care publics : young children, disabled or elderly people… They may question, for example, the differences between institutional and individual temporalities, the way through which different actors make their own approaches to temporalities, the struggles engaged on this subject, as well as the way in which compromises are made. What are the costs of these compromises, and at the expenses of whom are they?

Thibault RABAIN intervient pour le RT7 de l’Association Française de Sociologie

L’Association Française de Sociologie organisait son congrès annuel du 6 au 9 juillet. Le Réseau Thématique 7 Vieillesses, vieillissement et parcours de vie y proposait une session Accompagner le vieillissement dans laquelle Thibault RABAIN est intervenu pour présenter sa communication intitulée “Mes filles ont autre chose à faire que m’aider”: le travail de maintien à domicile de personnes âgées appartenant aux classes populaires.

Le programme du 9e Congrès (Lille 2021) est disponible! - AFS

Retrouvez en ligne le programme du RT7

PROFAM à l’Association Suisse de Sociologie

Se tenait du 28 au 30 juin le congrès annuel de la Swiss Sociological Association (SSA). Annie Dussuet & Françoise Le Borgne-Uguen y ont présenté leur recherche sur les modalités de répartition des tâches entre les différentes catégories de travailleur.se.s qui concourent au maintien à domicile.

Le résumé de la communication nommée “Attribuer l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA) en France : division et normalisation du travail professionnel et familial” est disponible ci-dessous.

Dans la perspective, consensuelle aujourd’hui en France, du « maintien à domicile le plus longtemps possible » des vieilles personnes en perte d’autonomie, le rôle des proches a été souligné à maintes reprises par les recherches (Lesemann et Martin, 1993; Pennec, 1999; Dutheil, 2001; Soullier et Weber, 2011; Kröger et Yeandle, 2013) et les rapports publics (Gillot, 2018; Libault, 2019). Pourtant, en facilitant l’accès à des services marchands délivrés par des salariées, l’Allocation Personnalisée pour l’Autonomie (APA), créée en France en 2002, semblait marquer une tendance à la « défamilialisation » (Le Bihan et Da Roit, 2009), en même temps qu’elle ouvrait la possibilité d’une « professionnalisation » (Hughes, 1996) de l’aide.

Malgré cela, le soutien apporté par les proches reste prescrit par l’action publique et majoritaire dans l’ensemble du travail fourni. Nous nous poserons la question de la réalité de cette « professionnalisation », imbriquée au maintien de formes de familialisation, d’autant plus importante que la situation de la personne requiert davantage d’intervention. Plus précisément on peut s’interroger sur les modalités de répartition des tâches entre les différentes catégories de travailleur.se.s qui concourent au maintien à domicile : comment sont définies les frontières et les articulations entre ce qui relève de l’entraide familiale et ce qui appartient au registre des différentes catégories de « professionnel.le.s » ?

Cette communication proposera des éléments de réponse à ces questions en s’appuyant sur une enquête menée dans le cadre du programme de recherche PROFAM, auprès des agent.e.s de Conseils Départementaux de l’Ouest de la France. Ceux et celles-ci sont en effet chargé.e.s d’élaborer, pour chaque personne bénéficiaire de l’APA, un « plan d’aide » décrivant les différents services que l’allocation doit permettre de financer, mais intégrant aussi un « reste à charge » payé par les personnes concernées

Nous verrons ainsi que, ce faisant, ces agent.e.s construisent, le plus souvent un cadre normatif de répartition du travail d’aide et de soutien à domicile entre les différent.e.s professionnel.le.s, « soignants » et « non-soignants », mais aussi entre intervenant.e .s rémunéré.e.s et non rémunéré.e.s. Ces cadres articulent des normes et valeurs de l’action publique, mais ils font aussi intervenir d’autres formes de légitimité, en terme de responsabilités à répartir et de segments d’activité revenant aux différent.e.s protagonistes du fait de leurs qualifications professionnelles, mais aussi de leur place dans la parenté. La communication s’attachera à mettre en évidence les déterminants de cette division sociale et sexuelle du travail, ainsi que ses effets en termes de conditions de travail et d’emploi des un.e.s et des autres.

Le programme du congrès Social Justice in times of uncertainty