Louise et Thibault reviennent sur les troubles du bénévolat auprès des aîné·es

Louise Gasté et Thibault Rabain ont contribué à l’ouvrage Trouble dans le bénévolat dirigé par Dan Ferrand-Bechmann et Sébastien Poulain par un texte sur les cadres flous du travail gratuit auprès des aînés. Les auteures montrent que l’action publique en faveur du maintien du lien social autour des aîné·es cible, particulièrement depuis la crise sanitaire de la Covid-19, les personnes sans emploi, femmes et jeunes. Ces appels au Care citoyen les insèrent dans de nouveaux types de cadres du travail hybrides entre bénévolat, travail domestique et emploi, pour la réalisation de tâches de soin essentiellement interactionnelles.

Présentation de l’ouvrage : La définition du bénévolat témoigne d’une grande banalisation de l’acte bénévole, mais en même temps on peut prédire que des bénévoles vont devenir plus militants.
Depuis un demi-siècle et surtout deux décennies, la multiplication du nombre des associations et celle des citoyens actifs a normalisé et banalisé le bénévolat, l’a ancré dans notre culture et dans notre mode de vie. Proche du monde politique ou syndical, le qualificatif de militant n’est pas endossé par tous les bénévoles mais beaucoup changent de casquettes d’autant que les partis politiques attirent moins de candidats. La baisse de l’engagement en politique est remplacée en partie par un militantisme associatif ou via des collectifs de citoyens ou des groupes informels. L’extension du domaine du travail bénévole, dans les entreprises sociales, dans les réserves citoyennes, dans les associations de patients, dans la solidarité au quotidien, « par le bas », etc. dessine une image floue du bénévolat, un trouble dans sa définition.
Les responsables de cet ouvrage ont été percutés par le changement brutal du bénévolat. À la suite du Covid, on peut noter l’utilisation des bénévoles et même leur sur-utilisation, l’occasion de se resocialiser pour certains qui avaient été isolés pendant la crise sanitaire, période de grande anomie. La conséquence : de nouvelles formes d’entraide et de solidarité. Le contexte socioéconomique, qui incite plus à l’engagement qu’à une attitude compassionnelle, va certainement générer d’autres troubles dans le bénévolat.



Citer ce billet
Thibault RABAIN (2023, 18 juin). Louise et Thibault reviennent sur les troubles du bénévolat auprès des aîné·es. ANR PROFAM. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t135

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search