“Mes filles ont autre chose à faire que m’aider” par Thibault RABAIN

Thibault Rabain, étudiant en M2 de sociologie et stagiaire au sein du programme PROFAM, a réalisé cette année un mémoire sur le travail de maintien à domicile au sein des classes populaires.

Résumé : Le souhait de la plupart des ainé·e·s de vivre dans un logement ordinaire, malgré de très lourdes difficultés parfois, est partagé par l’ensemble des populations des différentes classes sociales, y compris par les plus défavorisées, qui disposent pourtant à la fois de faibles ressources matérielles et de logements peu confortables et mal adaptés à leurs déficiences fonctionnelles. Certaines personnes âgées vivent ainsi des situations ambivalentes entre un souhait de conserver leur logement et une difficulté – voire une incapacité complète ou partielle – à survivre à domicile. Car vieillir chez soi a un coût : cette situation suppose des vieilles personnes qu’elles puissent fournir (ou substituer à autrui) le travail nécessaire à la reproduction de la vie en son sein. Ce constat invite à interroger les modalités de production et de division de l’ensemble des tâches qui permettent à une personne âgée de continuer à vivre dans son propre logement, particulièrement au sein des groupes subalternes. Il s’agira donc ici de se demander comment les vieilles personnes appartenant aux classes populaires font et font faire par d’autres le travail qui leur permet de se maintenir à domicile. Ainsi, après avoir exposé les ancrages théoriques et matériels de cette recherche, ce mémoire soulignera d’abord le primat de l’autosuffisance domestique grâce à une attention aux arbitrages réalisés par les vieilles personnes entre les différentes formes d’organisation du travail de maintien à domicile. Ce que nous nommons le « travail de maintien à domicile » est en effet à l’articulation de plusieurs cadres matériels et normatifs du travail puisque les vieilles personnes peuvent, selon les cas, effectuer elles-mêmes ces tâches, ou les faire-faire par des proches, ou bien encore s’adresser pour cela à des prestataires de service extérieur.e.s au cercle familial. Le propos portera ensuite sur les modalités de maintien d’une autosuffisance, par l’acceptation de conditions de vie et de travail perçues par les vieilles personnes elles-mêmes comme difficiles. Nous comprendrons cette lutte des personnes rencontrées pour conserver une autosuffisance comme un effort pour sauvegarder leur autonomie par leurs droits sur leur domicile, lequel est perçu comme un refuge face aux cadres normatifs de la domination sociale tant en ce qu’il permet l’affirmation de soi qu’une distance à l’égard des autres groupes sociaux.

Le mémoire est disponible ici


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.