PROFAM à l’Association Suisse de Sociologie

Se tenait du 28 au 30 juin le congrès annuel de la Swiss Sociological Association (SSA). Annie Dussuet & Françoise Le Borgne-Uguen y ont présenté leur recherche sur les modalités de répartition des tâches entre les différentes catégories de travailleur.se.s qui concourent au maintien à domicile.

Le résumé de la communication nommée “Attribuer l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA) en France : division et normalisation du travail professionnel et familial” est disponible ci-dessous.

Dans la perspective, consensuelle aujourd’hui en France, du « maintien à domicile le plus longtemps possible » des vieilles personnes en perte d’autonomie, le rôle des proches a été souligné à maintes reprises par les recherches (Lesemann et Martin, 1993; Pennec, 1999; Dutheil, 2001; Soullier et Weber, 2011; Kröger et Yeandle, 2013) et les rapports publics (Gillot, 2018; Libault, 2019). Pourtant, en facilitant l’accès à des services marchands délivrés par des salariées, l’Allocation Personnalisée pour l’Autonomie (APA), créée en France en 2002, semblait marquer une tendance à la « défamilialisation » (Le Bihan et Da Roit, 2009), en même temps qu’elle ouvrait la possibilité d’une « professionnalisation » (Hughes, 1996) de l’aide.

Malgré cela, le soutien apporté par les proches reste prescrit par l’action publique et majoritaire dans l’ensemble du travail fourni. Nous nous poserons la question de la réalité de cette « professionnalisation », imbriquée au maintien de formes de familialisation, d’autant plus importante que la situation de la personne requiert davantage d’intervention. Plus précisément on peut s’interroger sur les modalités de répartition des tâches entre les différentes catégories de travailleur.se.s qui concourent au maintien à domicile : comment sont définies les frontières et les articulations entre ce qui relève de l’entraide familiale et ce qui appartient au registre des différentes catégories de « professionnel.le.s » ?

Cette communication proposera des éléments de réponse à ces questions en s’appuyant sur une enquête menée dans le cadre du programme de recherche PROFAM, auprès des agent.e.s de Conseils Départementaux de l’Ouest de la France. Ceux et celles-ci sont en effet chargé.e.s d’élaborer, pour chaque personne bénéficiaire de l’APA, un « plan d’aide » décrivant les différents services que l’allocation doit permettre de financer, mais intégrant aussi un « reste à charge » payé par les personnes concernées

Nous verrons ainsi que, ce faisant, ces agent.e.s construisent, le plus souvent un cadre normatif de répartition du travail d’aide et de soutien à domicile entre les différent.e.s professionnel.le.s, « soignants » et « non-soignants », mais aussi entre intervenant.e .s rémunéré.e.s et non rémunéré.e.s. Ces cadres articulent des normes et valeurs de l’action publique, mais ils font aussi intervenir d’autres formes de légitimité, en terme de responsabilités à répartir et de segments d’activité revenant aux différent.e.s protagonistes du fait de leurs qualifications professionnelles, mais aussi de leur place dans la parenté. La communication s’attachera à mettre en évidence les déterminants de cette division sociale et sexuelle du travail, ainsi que ses effets en termes de conditions de travail et d’emploi des un.e.s et des autres.

Le programme du congrès Social Justice in times of uncertainty


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.