Les cadres du travail de maintien à domicile par Thibault RABAIN

Les difficultés éprouvées par les vieilles personnes pour se maintenir à domicile sont – au moins en partie – consécutives à des situations de travail entravées. En effet, on l’oublie souvent, mais vieillir chez soi suppose de fournir ou de transférer à autrui le travail nécessaire. Cet ensemble de tâches qui permet à une personne âgée de vivre au sein d’un logement ordinaire (l’entretien du logement, l’entretien du corps, l’approvisionnement en nourriture etc), nous le nommerons le travail de maintien à domicile. Cette approche propose une définition du travail de maintien à domicile proche du « travail domestique », tel que les sociologues féministes l’ont conceptualisé depuis les années 1970 (Delphy, 1970 (en 1998), Delphy & Kergoat, 1982 ; Dussuet, 1997, 2017 ; Simonet, 2017) puisqu’il nous considerons ici le travail comme ce qui est fait et pourrait être fait par d’autres. 

Nos observations dans le cadre d’un M2 de Sociologie montrent que ce travail de maintien à domicile articule plusieurs cadres matériels et normatifs du travail puisque les vieilles personnes peuvent, selon les cas, effectuer elles-mêmes ces tâches, ou les faire-faire par des proches, ou bien encore s’adresser pour cela à des prestataires de service extérieurs au cercle familial.


Chaque maintien à domicile est permis par du travail, lequel est organisé par une convention articulant plusieurs rapports sociaux.

Un travail domestique

Les flèches jaunes représentent le travail réalisé au sein du ménage. Il est gratuitement par un membre du ménage pour le ménage. Quand il est produit gratuitement par un membre du ménage pour le ménage, le travail de maintien à domicile est du « travail domestique ». Nous suivons ici la définition proposée par les économistes Ann Chadeau et Annie Fouquet qui énoncent que « concourt à la production domestique toute activité non rémunérée, exercée par un membre du ménage pour le ménage, et résultant en la création d’un bien ou d’un service nécessaire au déroulement de la vie quotidienne et pour lequel il existe un substitut marchand (service disponible sur le marché ou tierce personne rémunérée) dans les normes sociales actuelles » (1981).

Du latin domesticus (« qui est lié au foyer ») et dérivé de domus maison »), le travail domestique ne se limite pourtant pas à la maison car ce lieu du travail constitue le cadre d’un système de relations sociales : la sphère privée. Ancré dans une division sexuelle du travail social, l’engagement subjectif et affectif du travail dans la sphère privée est naturalisé relevant d’une nature et d’une compétence féminine ; invisibilisant les injonctions sociales à la réalisation de ce l’ensemble des tâches qui permettent son maintien (Dussuet, 2005, 2017). Le cadre normatif des rapports sociaux de sexe structure ainsi tant le travail domestique qu’en est invisibilisée la quantité comme la qualité de ce qui est fait

et un travail de care domestique

Les flèches rouges représentent des formes de transfert du travail de maintien à domicile vers des organisations de travail qui s’exécutent dans un cadre matériel et normatif caractéristique de la sphère privée. Ici, le travail, qu’il soit fait par un membre de la famille ou non, est gratuit. Nous le nommerons travail de care domestique, qu’il soit réalisé par des membres de la famille ou non.

Le travail des membres de la famille – souvent les conjoint.e.s et les enfants – est premier dans l’aide aux vieilles personnes (Attias-Donfut, Segalen & Lapierre, 2002). Du fait de la structuration socio-spatiale des familles modernes (Segalen & Martial, 2013) – l’enquête Logement réalisée par l’INSEE en 2013 montre qu’en France métropolitaine, à peine 2 % des personnes de 30 ans ou plus vivant en logement ordinaire cohabitent avec leurs parents -, le travail de care informel est une forme particulière de travail domestique : un service réalisé gratuitement pour un autre ménage. Ce transfert de tout ou partie de la charge de travail d’un ménage vers un autre étend la surface du travail domestique des aidant·e·s. Ce travail peut être apprécié ou perçu comme difficile : les proches-aidant·e·s agissent le plus souvent sans formation ni rémunération, dans un brouillage des rôles qui a des conséquences en termes d’organisations et de conditions de travail. Ces aidant·e·s exercent des tâches multiples et protéiformes car seulement délimitées par l’éventail des besoins et leur temps disponible, dans des temporalités se cumulant et précarisant potentiellement le reste de la vie des aidant·e·s.

Réalisé gratuitement en dehors de l’emploi, le travail domestique et de care domestique n’en est pas moins productif. Pour s’en convaincre, il suffit d’observer que les tâches du travail domestique peuvent être externalisées, c’est-à-dire achetées par le ménage à un·e producteur.ice de bien ou un·e prestataire de service.

et un travail de care professionnel.

Les flèches bleues, quant à elles, représentent des formes de transferts vers la sphère marchande, lucrative ou non et avec toutes les formes d’emplois et de statut que l’on connait, et que j’ai nommé : le « travail de care professionnel ». Des organismes à but lucratif ou non, proposent des services payants destinés à compenser les difficultés liées à la vieillesse à domicile. Externalisé dans un cadre marchand, le travail cesse d’être gratuit et entre le plus souvent dans le cadre de l’emploi. La nature salariée de ce travail ne le rend pas plus aisée que celui des proches aidant·e·s. Depuis la fin des années 1990, de nombreuses études ont montré les conditions d’emploi précaires offertes à ces salariées, avec la prévalence du temps partiel et la faiblesse des rémunérations que cela implique (Dussuet, 2001, 2005 ; Devetter et alii, 2009 ; Marquier et Nahon, 2012). Les recherches ont souligné ensuite l’importance des risques pour la santé de ces travailleuses (Dussuet et Noguès, 2008 ; Loones et Jeauneau, 2012 ; Dussuet, 2013) : celles-ci apparaissent très exposées aux accidents du travail et aux maladies professionnelles liées aux gestes répétitifs, TMS mais aussi aux Risques Psycho-Sociaux (Arnaudo et alii, 2006 ; CNAMTS, 2010).

L’offre de services censés alléger la charge de travail qui pèse sur les vieilles personnes et/ou leurs proches est grande aujourd’hui en France ; et appelée à s’accroître dans les années à venir, notamment sous l’impulsion de la pandémie en cours, de la silver économie et du numérique.

De nouvelles formes d’aide vers les vieilles personnes apparaissent aujourd’hui, à l’image du volontariat, ou encore des cohabitations intergénérationnelles. Notre participation à l’enquête Profam permettra d’analyser ces cadres naissants – et parfois hybrides – du travail hors de l’emploi.

Bibliographie :

ARNAUDO, B. et alii (2006) « Les expositions aux risques professionnels par famille professionnelle – Résultats SUMER 2003 ». Document d’Etudes DARES, no 121.

ATTIAS-DONFUT C., SEGALEN M. & LAPIERRE N., Le nouvel esprit de famille, Odile Jacob, 2002.

CHADEAU A. & FOUQUET A., « Peut-on mesurer le travail domestique ? » in Economie et statistique, n°136, Septembre 1981, p. 29-42.

CNAMTS. « Sinistralité 2008 des structures d’aide et de soin à domicile (SASAD) ». (2010) In http://www.risquesprofessionnels.ameli.fr/fileadmin/user_upload/document_PDF_a_telecharger/etudes_statistiques/Decembre%202009-%20Sinistralite%202008%20du%20secteur%20aide%20et%20soi.pdf.

DUSSUET A. ,(2001) « Les emplois familiaux, une forme “féminine” de précarité ». In Nouvelles dimensions de la précarité, M. Del Sol, A. Eydoux, A. Gouzien, P. Merle, et P. Turquet (Ed.),  Rennes: Presses Universitaires de Rennes, p. 3‑66.

DUSSUET A., (2005) Travaux de femmes – Enquêtes sur les services à domicile. Paris: L’Harmattan.

DUSSUET A., « Dire l’amour, taire le travail », Nouvelles Questions Féministes, 2005/2 (Vol.24), p. 86-95.

DUSSUET A. & NOGUES H., (2009) « Quel est l’impact des politiques sociales sur la santé des salariées intervenantes à domicile ? » In Emploi et politiques sociales – Défis et avenir de la protection sociale, Barnay, T., Legendre, F. (Ed.). Paris: L’Harmattan, p. 29‑41.

DUSSUET A., (2013) « Santé au travail et prévention des risques professionnels dans les associations d’aide à domicile ». Revue de l’IRES, no 78, p. 77‑97.

DUSSUET A., « Le « travail domestique » : une construction théorique féministe interrompue ». Recherches féministes 30, no 2 (2017): 101–117.

LOONES A., & JEAUNEAU P., (2012) « L’organisation du métier d’aide à domicile : entre autonomie et isolement professionnel ». Dossiers Solidarité et Santé, no 30, p. 47‑60.

MARQUIER R. & NAHON S. (Coord.) (2012), « Les conditions de travail des aides à domicile ». Dossier Solidarité Santé n° 30, DREES.

SEGALEN M. & MARTIAL A., Sociologie de la famille, Armand Colin, 2013


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.